Pierre Ducrozet lauréat du Prix des Rencontres à Lire 2018

 

Le jury du prix des Rencontres à Lire de Dax s'est réuni mardi 6 février, sous la présidence de Lydie Salvayre, pour désigner le lauréat 2018. Dès le premier tour, à la majorité absolue, le choix s'est porté sur le livre de Pierre Ducrozet, L'invention des corps, publié aux éditions Actes Sud.

Jérôme Lafargue (Un souffle sauvage, éditions du Sonneur) arrive en deuxième position. Étaient également en lice : Antoine Billot (L'année prochaine à New York, Arléa), Franck Magloire (Destination, Le Soupirail), James Noël (Belle merveille, Zulma) et Victor Pouchet (Pourquoi les oiseaux meurent, Finitude).

Le prix des Rencontres à Lire de Dax est récompensé par une somme de 500 euros. Lydie Salvayre, prix Goncourt 2014, remettra officiellement son prix au lauréat le vendredi 27 avril prochain à Dax, à l'occasion de l'inauguration des Rencontres à Lire qui se tiendront du 27 au 29 avril, à l'hôtel Splendid de Dax.

Le lendemain, samedi 28 avril, Pierre Ducrozet participera à une rencontre avec le public. Il dialoguera avec l'écrivain Miguel Bonnefoy.

 

 

L’œuvre récompensée

 

pierre ducrozet

L’invention des corps s’élance dans le sillage d’Álvaro, jeune prof mexicain, surdoué de l’informatique, en cavale après les tragiques événements d’Iguala, la nuit du 26 septembre 2014 où quarante-trois étudiants disparurent, enlevés et assassinés par la police. Rescapé du massacre, Álvaro file vers la frontière américaine, il n’est plus qu’élan, instinct de survie. Aussi indomptable que blessé, il se jette entre les griffes d’un magnat du Net, apprenti sorcier de la Silicon Valley, mécène et apôtre du transhumanisme, qui vient de recruter une brillante biologiste française. En mettant sa vie en jeu, Álvaro s’approche vertigineusement de l’amour, tout près de trouver la force et le désir d’être lui-même.

Exploration tentaculaire des réseaux qui irriguent et reformulent le contemporain – du corps humain au World Wide Web –, L’invention des corps cristallise les enjeux de la modernité avec un sens crucial du suspense, de la vitesse et de la mise en espace.

Il y a une proportion élevée de réalité dans cette histoire étourdissante, sans doute sa part la plus fantastique, la plus effrayante. Mais c’est dans sa foi butée, parfois espiègle, en l’être humain que ce roman d’alerte déguisé en page-turner puise son irrésistible force motrice.