Michèle Lesbre

 

RENCONTRE

Michèle Lesbre à Dax

Samedi 11 mars de 17h30 à 18h30

Salle René Dassé - Hôtel de Ville

Modérateur Serge Airoldi

Michèle Lesbre est née en 1939 et vit à Paris. Après avoir fait du théâtre et enseigné dans les écoles, elle se consacre à l’écriture.

Elle débute sa carrière littéraire avec La Belle Inutile (Le Rocher, 1991) Chemins, son seizième livre, a paru après Écoute la pluie (2013), Un lac immense et blanc (2011), Sur le sable (2009), Le Canapé rouge – qui a été finaliste du prix Goncourt 2007 et traduit dans une douzaine de pays –, La Petite Trotteuse (prix des libraires Initiales automne 2005, prix Printemps du roman 2006, prix de la ville de Saint-Louis 2006), tous publiés chez Sabine Wespieser éditeur. 


 

Michele Lesbre

 

Nina par hasard (Seuil, 2001) et Victor Dojlida, une vie dans l’ombre (Noésis, 2001) ont également été réédités chez Sabine Wespieser éditeur en 2010 et 2013.

Elle écrit, en 2010, avec Sylvie Granotier, Mais d’où venez-vous ? (Seuil), un recueil de témoignages de prisonniers sans papiers.

En 2015 Inquiétude paraît aux éditions du Chemin de Fer.

Elle présente à Dax une Lettre à Marion du Faouët, intitulée Chère brigande, toujours chez Sabine Wespieser éditeur.

 

 

Le livre

La silhouette libre et rebelle de Marion du Faouët, « Robin des bois » bretonne qui, dans les premières années du XVIIIe siècle, prenait aux riches pour redistribuer aux pauvres, a toujours fasciné Michèle Lesbre.

Parce qu’une femme aux cheveux roux prénommée Marion, qui avait élu domicile dans une boutique désaffectée en bas de chez elle, a soudain disparu, les traits de l’autre Marion, la « chère brigande », se superposent à ceux de la SDF parisienne.

L’écrivain décide alors de partir sur les traces de l’insoumise bretonne, qui mourut sur le gibet à trente-huit ans, lui adressant, pour conjurer l’injustice du monde et sa propre impuissance, une longue lettre.

À la faveur du trajet en train vers Quimper, les souvenirs d’une autre époque de sa vie resurgissent, quand, jeune militante, elle manifestait contre la guerre d’Algérie ou, institutrice, elle apprenait à lire aux enfants. La vie de Marion agit comme un miroir tendu à ses utopies et à ses révoltes passées.

A suivre sur
www.swediteur.com