Dimanche 14 avril

Le salon des auteurs, éditeurs et libraires ouvre ses portes de 10h à 19h au Splendid

 

brigades de lecture


11h : Intervention les Brigades de lectures

Thomas Visonneau et Léa Lecointe
Splendid

Les Brigades de lectures sont des interventions artistiques que la Compagnie Thomas Visonneau propose dans différents lieux, à deux voix. Tous les livres proposés se trouvent dans une malle. Une malle de lecture que la brigade fait voyager d’interventions en interventions. Il ne s’agit pas, entendons-nous bien, de simples «mise en voix» d’un patrimoine littéraire. Il s’agit d’un moment de théâtre où les acteurs investissent une parole et la transmettent, avec toute la virtuosité de leur savoir-faire.

 


10h30–11h20 : Rencontre avec Chantal Detcherry (Passiflore)

Modération : Manon Merle
Brasserie Atrium

Écrivaine de l’ailleurs aussi bien que de l’intime, Chantal Detcherry a publié des livres d’impressions, de voyage sur l’Inde, le Népal, la Grèce, ainsi que de la poésie, des romans et des récits enracinés en Aquitaine. Prix Ardua - Yolande Legrand 2016 pour l’ensemble de son œuvre, Chantal Detcherry publie désormais ses ouvrages aux éditions dacquoises Passiflore comme, Gens des arbres, où elle fait découvrir les surprenants visages que la nature portraitiste livre à profusion sur la surface des arbres vivants et morts. Elle vient aussi de publier  Histoires à lire au crépuscule qui rassemble huit nouvelles autour du thème de l’apparition et de la rencontre insolite dans une atmosphère d’inquiétante étrangeté.

 


11h30-12h20 : Rencontre avec Viliam Klimacek  (Agullo)

Modération : Lionel Niedzwiecki
Brasserie Atrium

Bratislava 68, été brûlant (Agullo) est le premier roman traduit en français de l’écrivain slovaque Viliam Klimacek. Au printemps 1968, le parti communiste tchécoslovaque expérimente le « socialisme à visage humain ». Un vent de liberté souffle sur le pays. Cet été là, Alexander et Anna rejoignent leur fille à Bratislava où elle vient de terminer ses études de médecine. Tereza, fille d’un rescapé des camps de concentration, séjourne dans un kibboutz en Israël. Jozef, pasteur défroqué pour avoir refusé de dénoncer des paroissiens auprès du Parti, fait ses premières armes à la radio. Dans la nuit du 20 au 21 août, les tanks soviétiques envahissent la ville. Le destin de ces trois personnages et de leurs familles va basculer.

 


15h : Intervention Les Brigades de lectures

Splendid

 


14h30-15h20 : Dialogue entre Laure Adler (Flammarion)

Modération : Pierre Vilar
Brasserie Atrium

Lydie Salvayre a reçu le Prix Goncourt 2014 pour "Pas pleurer" (Seuil). Dans "Marcher jusqu’au soir" (Stock), avec vigueur et humour, elle se saisit du prétexte d’une nuit passée au musée Picasso pour questionner le milieu de l’art, ses spéculateurs, ses experts et tous ceux qui feignent de croire que le monde artistique est ouvert à tous. Se tournant vers son enfance de « pauvre bien élevée » et abordant sans masque son lien à un père redouté et redoutable, elle essaie de comprendre comment s’est constitué son rapport à l’art, à la littérature, et plus globalement son rapport au monde, tout en faisant un éloge vibrant de Giacometti, de sa radicalité, de ses exigences, de ses échecs revendiqués et de son infinie modestie.

Laure Adler est journaliste, historienne et écrivaine, et productrice à la radio où depuis 2016, elle anime sur France Inter l’émission "L’Heure bleue". Spécialiste de l’histoire des femmes et des féministes au XIXe et au XXe siècles, elle est l’auteure de plusieurs ouvrages : "Les premières journalistes" (Payot), "Les femmes politique"s (Seuil), "Sur les pas d’Hannah Arendt" (Gallimard), et d’une biographie de Marguerite Duras (Gallimard) pour laquelle elle a reçu le Prix Femina de l’essai. Dans ce nouveau livre, "Les femmes artistes sont dangereuses"(Flammarion), avec le concours de Camille Viéville, Laure Adler analyse le lent basculement des femmes vers l’autonomie artistique et la reconnaissance du travail de création.

 

 

15h30-16h20 : Rencontre avec Olivier Truc (Métaillié)

Modération : Erwan Desplanques
Brasserie Atrium 

Olivier Truc est né à Dax. Il vit à Stockholm où il est le correspondant du Monde. Il est l’auteur de "L’Imposteur, du Dernier Lapon" (pour lequel il a notamment reçu le prix des lecteurs Quais du Polar et le prix Mystère de la critique), du "Détroit du Loup" et de "La Montagne rouge", une série de polars inspirés de la Laponie et en particulier de la police des rennes. Il vient de publier "Le cartographe des Indes boréales" (Métailié). De l’austère Stockholm des années 1628, à la mystérieuse Laponie, de la forteresse mythique de Sagres aux tavernes de Göteborg, de la bouillonnante Amsterdam à la cité maudite de Piteå, Izko, jeune Basque courageux et attachant, traverse l’Europe des guerres de religion et de l’inquisition.

 

 

16h30-17h20 : Rencontre avec Paule du Bouchet (Gallimard)

Modération : Jean-Claude Raspiengeas
Brasserie Atrium

Paule du Bouchet a enseigné la philosophie avant de s’orienter vers l’édition et la littérature de jeunesse. Pianiste, elle est actuellement responsable du département Musique de Gallimard Jeunesse et de la collection de livres lus «Écoutez lire». Sept ans après "Emportée" (Actes Sud), où elle évoquait la liaison douloureuse de sa mère avec René Char, elle compose ici avec "Debout sur le ciel" (Gallimard) une manière d’adagio intime en dessinant son père, André du Bouchet, poète majeur de la génération des années cinquante-soixante, avec Bonnefoy, Dupin, Jaccottet. Par images successives, souvenirs physiques, tous liés à l’univers poétique paternel, elle évoque la figure d’un solitaire, écrivant dans l’air bleu du Vexin normand.

 


17h30-18h20 : Lecture musicale

Sabine Haudepin : "Le petit matin" de Christine de Rivoyre

Brasserie de l’Atrium
Sabine Haudepin sera accompagnée par l’accordéon de Myriam Lafargue.
Entrée libre.

Christine de Rivoyre s’est éteinte en janvier dernier à l’âge de 97 ans. Journaliste au Monde dans les années cinquante, membre du jury du Prix Médicis, l’écrivaine d’Onesse-et-Laharie où elle repose désormais, a publié une œuvre importante d’où émergent des pépites. "Le Petit matin" (Grasset) en est une. Il a reçu le Prix Interallié en 1968. Pour rendre hommage à cette grande personnalité des lettres, la comédienne Sabine Haudepin lit des extraits du Petit matin.